22 Août (suite)

A 17h.30, le combat cesse ; nos troupes se retirent, laissant leurs blessés et leurs morts

Cependant quelques détachements se rallient, poussent jusqu'à MAISSIN, s’y établissent pour la nuit et réussissent à s’y maintenir malgré les contre-attaques allemandes. Mais ne recevant aucun renfort pour tenir, le petit détachement gagne les bois à 10 heures.

Après une journée de marche très pénible, il rejoint le régiment à BOUILLON, le 23 dans la soirée

Renseignements complémentaires.

A 16 heures, le 1er Bataillon rassemblé en colonne double à l’Est de la route PALISEUL-MAISSIN, entre la VF et ce dernier village, reçoit l’ordre de se poster à l’extrémité d’un bois situé à l’est de la VF, puis l’ordre de revenir de nouveau à son point de départ.

Les 1ère et 3ème Compagnies sont alors dirigées sur MAISSIN et les 2ème et 4ème Cies sont désignées directement comme réserve par le Général Commandant la 22° Division.

A 17heures, un Lieutenant du 35° Régiment d’Artillerie vient prévenir le Capitaine WEISBECKER Cdt le ½ bataillon de réserve que des batteries sont compromises.
Les deux compagnies mettent baïonnette au canon, se portent résolument à l’attaque, chargent l’ennemi, engagent un combat au corps à corps entre les caissons, dépassent les batteries et s’engagent dans un bois très fortement organisé par l’ennemi où elles sont accueillies par un feu terrible d’infanterie et de mitrailleuses qui les prend de face et de flanc. Elles doivent rétrograder, mais leur mouvement arrête l’avance de l’ennemi et permet de dégager plusieurs pièces du 35ème R.A.{*}

De leur côté, les 1ere et 2ème Cies marchent sur MAISSIN, se heurtent à de fortes défenses, subissent des pertes sensibles et repoussent à la baïonnette une contre-attaque allemande.
La 3ème Cie ne peut progresser mais la 1ère Cie pénètre dans MAISSIN et organise la défense avec d’autres éléments du 62ème, du 19ème et du 118ème .
Dans la nuit, elle repousse trois attaques allemandes, puis quitte MAISSIN vers 10 h.00 sur l’ordre du Commandant VOILLIARD, commandant le 1er Bataillon du 62ème et rentre à BOUILLON où elle rallie le Régiment.

Les pertes du régiment dans ce combat sont de
1 Chef de bataillon blessé,
1 Capitaine tué,
4 Lieutenants tués,
3 Lieutenants blessés et disparus,
3 Lieutenants ou Sous-Lieutenants blessés.
7 Hommes de Troupe tués,
87 Hommes de troupe blessés,
254 Hommes de Troupe disparus (presque tous étaient blessés ou tués)
.
[NdR: Soient 362 hommes hors de combat : le 1/10° de l’effectif.

si vous tapez en recherche sur "Google" les mots clefs : maissin 1914 , vous verrez que nombreux sont les hommes pour lesquels la mort de ces jeunes bretons , soldats de la République, ne doit pas sombrer dans l'oubli....

en cliquant sur les lignes ci-dessus, vous y accéderez directement.

23 Août

La division se retire sur BOUILLON où le régiment bivouaque au Nord.
Là, les fractions qui avaient réussi à rentrer de MAISSIN rejoignent sous le commandement du Chef de Bataillon VOILLIARD.

{* le 35° Régiment d'Artillerie est alors en garnison à Nantes, et pour un groupe( équivalent à 1 bataillon), à Vannes}

document précédent

document suivant