1er Novembre
Journée calme ; même situation ; continuation des travaux.
2 Novembre
Journée calme ; même situation ; continuation des travaux.
3 Novembre.
Même situation
L’ennemi bombarde AUTHUILLE.
Pertes de la journée :
NOM
Grades
Tués
Blessés
Observations
DIRAISON
soldat
1
KERBOUCH
soldat musicien
1
PERENNOU
soldat musicien
1
LE BLECH
soldat musicien
1
sous-totaux
2
2
total
4

4 Novembre.
Une patrouille reconnaît à la tombée de la nuit un ouvrage occupé par les allemands à l’extrémité de la grande tranchée vers le ravin 92. Ayant réussi à devancer le poste allemand chargé de l’occupation de cet ouvrage, elle rapporte des outils, des armes, et se retire sans pertes, avant l’arrivée du détachement ennemi fort d’une vingtaine d’hommes.
 LE GOFF Jean, soldat, blessé 

5 Novembre
Même situation. L’artillerie allemande bombarde nos tranchées de première ligne.
6 Novembre
20 heures : une attaque allemande précédée d’une attaque sur la droite du secteur se dessine sur le front du régiment par un feu subit et violent de mousquetterie, de mitrailleuse et d’artillerie qui d’ailleurs ne cause pas de pertes.
Un tir de barrage l’empêche de déboucher.

7 novembre
17h.45, une violente canonnade et une fusillade très nourrie éclatent dans la direction du Sud-Est vers FRICOURT-MAMEL. Elles se rapprochent peu à peu et vers 20h.00 gagnent notre front.
Les Allemands ne peuvent quitter leurs tranchées.
A 01 35, la 2ème Cie enlève par un coup de main une tranchée allemande de la cote 141.
 GUÉNIN, soldat, blessé 

8 Novembre
Situation sans changement. Les patrouilles reconnaissent les tranchées allemandes. Ces tranchées fortement organisées sont protégées par des réseaux de fils barbelés.
 BOCHET, soldat, tué. 

9 Novembre
Même situation.. continuation des travaux
10 Novembre
Même situation..
 BARDOUILLE, soldat, tué. SINQUIN, soldat, blessé 

11 Novembre
Les bataillons d’AUTHUILLE relevés par le 118° doivent occuper la ligne BEAUMONT_ ANCHONVILLIERS. Le Mouvement doit s’exécuter à partie de 20h.00.
18h20 Une attaque allemande à notre gauche gagne de suite toute la ligne. L’artillerie lourde allemande soutient l’attaque et concentre son feu sur le Bois d’AUTHUILLE.
L’intervention de notre artillerie arrête peu à peu celui de l’infanterie ennemie puis celui de son artillerie.
Le 118ème ayant également été attaqué vers BEAUMONT, la relève ne peut avoir lieu à l’heure fixée.
L’attaque terminée, le 1er Bataillon( 1er, 2ème, 3ème et 12ème Cies) quitte le secteur THIEPVAL -141 et se porte par MESNIL aux tranchées de 2ème ligne du secteur AUCHONVILLIERS-BEAUMONT-MESNIL.
Le 3ème Bataillon (9ème, 10ème, 5ème et 4ème Cie) assure seul la sécurité et l’occupation du secteur du bois d’AUTHUILLE.
Pertes de la journée :
  S-Lnt de réserve CEZARD , blessé, 2 soldats tués, 1sergent, 1 caporal, 4 soldats blessé 

12 Novembre
Le 3ème Bataillon quitte AUTHUILLE à 0h.20 pour se rendre dans les tranchées d’ENGLEBELMER. Il est remplacé par un bataillon du 118ème .
Le 2ème Bataillon va cantonner à SENLIS.
Le 1er Bataillon prend la place du 118ème en première ligne.
13 Novembre
Le régiment aménage les tranchées insuffisantes et en mauvais état.
Le mauvais temps gêne considérablement les travaux.
Calme sur tout le front.
 Le général Commandant le 11ème Corps d’Armée confère la médaille militaire
au Caporal LE FLOCH du 62ème RI. 

14 novembre
Même situation.

 CLOAREC, soldat, tué. 

15 novembre
Mouvements : la 4ème Cie va de SENLIS à ENGLEBELMER et la 12ème Cie la remplace dans son cantonnement.
 Le régiment reçoit un renfort composé de M. CARION, capitaine,
KERGARAVAT, lieutenant de réserve PALARIC, sous-lieutenant , 452 Hommes de troupe dont 308 jeunes soldats.
[ mon grand père André BOUCHER est de ceux-ci].

16 Novembre.
La 5ème Cie quitte SENLIS à 18h.00 pour se rendre à AUCHONVILLIERS.
La 11ème Cie relevée quitte UCHONVILLIERS à 4h30 le 17 pour se rendre à AUTHUILLE.
Ces mouvements se sont effectués sans incident
Dans la journée, des projectiles de gros calibres tombent sur ENGLEBELMER.
 L'adjudant PILLÈRE est tué par un éclat. 
17 novembre
Même situation. L’artillerie lourde bombarde efficacement BEAUMONT.
18 Novembre
Même situation. Continuation du bombardement de BEAUMONT, de SERRE, et des tranchées allemandes situées au Nord de BEAUMONT
 LE MERLUS, soldat, tué. RIBAUD, soldat, blessé 
19 Novembre
Même situation
 TUAL, soldat, tué 

20 Novembre
Dans la nuit du 19, vers 20h.00, le 64ème à notre gauche a tenté sans succès une attaque sur la cote 142
Le travail devient très dur et le séjour dans les tranchées très pénible par suite d’une importante chute de neige suivie d’un froid rigoureux.
21 et 22 Novembre.
Même situation. Continuation des travaux d’aménagement des tranchées.
 COLLET, soldat, blessé 

23 Novembre
Dans la nuit du 22 au 23, les 1er et 2ème bataillons, relevés par le 65ème se rendent à FORCEVILLE où ils cantonnent avec l’Etat-Major du Régiment.
Dans la nuit, le 3ème Bataillon quitte AUTHUILLE et va cantonner à VARENNES.
Le Régiment passe en réserve d’Armée
 RAVALLEC, soldat, blessé 

24 novembre
Installation au cantonnement
25,26 Novembre
Même situation.
27 Novembre
Présentation des recrues au Drapeau. [ André BOUCHER en fait partie]
Ordre général n°205 : Le Général commandant la 2ème Armée cite à l’ordre de l’Armée le soldat réserviste BOCHET du 62ème R.I.
28, 29 Novembre
Même situation
30 Novembre
 Le soldat ROND faisant partie d’une corvée est blessé à ENGLEBELMER..

1er, 2,3,4 Décembre
Même situation [André BOUCHER est nommé caporal]
5 Décembre
La 43ème Brigade est désignée pour relever dans les tranchées la 44ème Brigade.
Le 62ème remplace le 118 ; le mouvement s’effectue par demi régiment.
Le 1er Bataillon relève le bataillon du demi-secteur de droite(La BOISSELLE).
Les 9ème et 10ème Cies relèvent 2 compagnies en réserve au calvaire d’AVELNY.
La relève s’effectue sans incident.

  Par décision du général commandant le 11ème Corps d’Armée, le Chef de Bataillon DANON du 19°RI passe au 62ème.
  Par décret présidentiel du 9.9.1914(Journal Officiel du 13 novembre), M CEZARD Marie-Lucien S-Lnt de réserve au 62ème Régiment d’Infanterie est nommé Lieutenant de réserve à compter du 2 Septembre 1914
  Par décision en date du 25 novembre 1914, le Général commandant le 11ème Corps d’Armée nomme sous-lieutenant à titre temporaire pour la durée de la guerre
MM LE ROY, PRIOU, Le GUENNEC, UHRICH, adjudant au 62ème.

6 Décembre
Le 2ème bataillon relève le demi secteur de gauche (OVILLERS) et les 11ème et 12ème Cies cantonnent à AVELNY.
L’Etat-Major du Régiment quitte FORCEVILLE et arrive à AVELNY à 15h.00. Il y cantonne.
7 Décembre
Même situation.
 FROMENTIN, caporal, blessé.

  Par décision en date du 4 décembre 1914, le Général commandant le 11ème Corps d’Armée nomme à titre temporaire pour la durée de la guerre, au grade de
Capitaine de réserve, M RICHER Lieutenant de réserve
Lieutenant de réserve, M VALLET, Sous-lieutenant de réserve.
  Par décret en date du 3 Décembre 1914, le capitaine FINCK du 62ème RI, chevalier de la légion d’honneur est admis au traitement à compter de la date du dit décret.

 

8 Décembre
Même situation.

Répartition des unités du régiment à la date d’aujourd’hui 
Tranchées de 1ère ligne
SecteurSecteur de la BOISSELLE
 1er bataillon ayant à sa droite le 41° Colonial
secteur d’OVILLIERS
2ème Bataillon ayant à sa gauche le 337ème RI
Réserve:3ème Bataillon.
au bivouac du calvaire d’AVELNY
2 compagnies
en cantonnement dans ce village.
2 compagnies
 GUILLOU
 soldat 
 blessé 
 FOURDAM
"
"
total
2

9 Décembre
Même situation.
L’artillerie ennemie bombarde la lisière Nord-Est du bois d’AUTHUILLE.
Une reconnaissance allemande tente d’arrêter le travail de la 2ème Cie, établissant un réseau de fil de fer .Elle est repoussée par le feu.
10 Décembre
Bombardement de la corne EST du bois d’AUTHUILLE par l’artillerie lourde allemande. (150 et 210). Pas de pertes.
11 Décembre
Par décision d’une note de service du Général Commandant le Secteur, le 3ème Bataillon en réserve à VELNY, part vers 21h. relever dans les tranchées de BERCOURT le 2ème Bataillon du 41ème Colonial. La relève s’effectue sans incident.
 GOURVIEREC, soldat, blessé..

12 Décembre
Continuation des travaux, situation inchangée.
13 Décembre
Même situation.
 LUBORIN, soldat, blessé.

14 Décembre
Le détachement des jeunes soldats arrive à AELNY et rentre dans les compagnies.
15 Décembre
Même situation.
 Tué KERMAREC, soldat ; THOME, soldat et LE POL caporal, blessé..


16 Décembre
Même situation.
Le régiment continue les travaux d’aménagement du secteur.
 Pertes de la journée :
 Le BIHAN, soldat ,tué, STEPHANT, TEXIER, blessés.
.

17 Décembre
Deux bataillons du 19 attaquent les tranchées allemandes d’OVILLIERS-La BOISSELLE, Le 62ème reste en soutien dans ses tranchées qui sont soumises à un violent bombardement.

 Pertes de la journée :
 3 soldats tués, 1 sergent, 1 caporal, 10 soldats blessés.

18 Décembre
Le régiment conserve ses positions ;

 1 soldat tué, 5 blessés..

.
19 Décembre
Même situation.

 PEDRONO, Le SQUER, soldats, blessés...

20 Décembre
Même situation. Continuation des travaux. Pas de pertes.
21 Décembre
Même situation.
 NICOLAS, soldat, blessé..

22 Décembre
Même situation.
 LE BALCH, soldat, blessé ; CORN blessé....

23 Décembre
Même situation.
 4 blessés : PRIGENT, S-Lnt de réserve, QUEMENER Sergent, LE MAGUER, et CHENAIS, soldats.


24 Décembre
10h.30 Le colonel reçoit communication d’un ordre du général de Division, transmis pour renseignement aux bataillons du 64ème.
« le 118 progresse, il est à l’église (d’ORVILLERS-LA BOISSELLE) et progresse sur OVILLERS._ Observez attentivement sa marche pour intervenir s’il est possible. Demandez au général de division s’il est nécessaire, les dispositions des bataillons du 64ème qui est à AVELNY. »
11h.15 Aucun mouvement de l’ennemi n’est observé.
11h.30 de 22ème Division : « observez spécialement ce qui se passe entre OVILLERS -La BOISSELLE. »
11h.50 à 22ème Division : « Signale au Sud-Est d’OVILLERS dans la direction de la cote 129 des observateurs allemands derrière une meule de paille. »

14h.15 Notre artillerie reprend le tir sur lisière Nord de la BOISELLE et sur la grande tranchée blanche.
Le Régiment ne quitte pas ses emplacements.
 LUCAS, Caporal, blessé, LE QUEIGNEC, soldat, blessé

25 Décembre.
Même situation.
 Soldats blessés : MERLET, TANGUY, PAULIC.

26 Décembre
Même situation.
L’artillerie française bombarde violemment LA BOISSELLE.
De 16h. à 18h.30 l’artillerie lourde allemande canonne nos tranchées.
Le Cne FINCK, 2 Adjudants, 2 Sergents-Majors arrivent au dépôt.
 M. PALARIC, Sous-Lieutenant Blessé, et 2 soldats JACQ L. et LAURENT, blessés..


27 Décembre
Même situation.
 HAISEAULT, soldat, blessé. MENUET, soldat, tué.


28 Décembre
Même situation. Les tranchées sont envahies par l’eau. La situation est très pénible pour les hommes qui luttent jour et nuit contre l’inondation.
Dans certaines tranchées, l’eau arrive à hauteur des embrasures.
 LE GARREC, sergent, blessé..


29 Décembre
Même situation.
 LE PARC soldat, blessé,
 COTE, soldat, blessé.
.


30 Décembre
Même situation. Au cours de la journée, l’ennemi bombarde AVELNY et nos tranchées (projectiles de gros calibre).
 Le Lieutenant-Colonel CHAPARD a pris le 27 Décembre, le commandement du secteur d’AVELNY . Il a sous ses ordres, 2 Bataillons du 32ème, 1 Bataillon du 65ème, 1 Bataillon du 123ème Territorial. Ce secteur s’étend de la route de BECOURT_ La BOISSELLE au ravin 92.

 
 Pertes de la journée : ROBIC, Sergent, blessé.

31 Décembre
Même situation. Continuation des bombardements d’AVELNY.
1er Janvier 1915
[ sur l’original, cette date est simplement souligné. Aucune interruption dans le compte rendu]
Même situation. La lutte contre l’envahissement de l‘eau se poursuit dans les tranchées...
2 Janvier
Même situation.
 BOURDAIS, soldat, tué.


3 Janvier
Même situation..
 TREVEDIC J . soldat, blessé.

.
4 Janvier
Le 1er Bataillon relevé dans les tranchées de la BOISSELLE par le 118ème, vient cantonner à AVELNY.
5 Janvier
Dans la nuit, le 1er Barbillon a relevé le 337ème en première ligne au bois d’AUTHUILLE
6,...7,...8janvier

 1 Cal, 3 soldats blessés..

..... [la guerre des tranchées continue...]

document précédent

document suivant