Bataille de la Marne du 62°RI: Les Hommes

Avertissement de limafoxromeo :

Les trois pages qui traitent de l'environnement de la bataille de la Marne font référence à l'ouvrage "Foch à la Marne, la 9°Armée dans les marais de Saint-Gond". Réalisé à partir des travaux du Lieutenant-colonel LESTIEN, instructeur d'histoire militaire à l'Ecole Supérieure de Guerre, il fut publié en 1933 sous la signature du capitaine Robert Villatte, par les éditions Lavauzelle. Pour les internautes qui veulent avoir une vue complète sur la 1ère Victoire de la Marne, cet ouvrage, qui essaie d'être objectif tout en glorifiant le rôle de l'officier d'état-major en général, peut être consulté à l'adresse http://raven.cc.ukans.edu/~libsite/wwi-www/Foch14/MarneTC.htm#P sur le site de l'université du Kansas(USA).

La page précédente de limafoxromeo traite du Terrain, celle-ci des Hommes, la troisième des faits.

Elles doivent être visionnées avant celle intitulée la Marne STOP ! , qui outre le texte du JMO du 62°RI, comporte l'animation synthèse des faits sur la zone d'action de ce régiment lors des quatre jours de la bataille

Les FRANCAIS

Les Chefs:

Commandant la 9° Armée : général FOCH,
ancien professeur à l'Ecole Supérieure de Guerre, Directeur de cette école, il commande depuis l'été 1913 le 20° Corps d'Armée de Nancy, avant d'être convoqué par le Commandant en Chef, le général JOFFRE, le 28 Août à son GQG de Chateau-Thierry.Le 29,il est porteur de cet ordre qu'il doit remettre au général de Langle, commandant de la 4e armée :

Les 9e et 11e C. A. et la 9e D. C. formeront un groupement particulier aux ordres du général Foch, qui, relevant du commandant de la 4e armée, aura pour mission de couvrir le mouvement de cette armée contre les forces adverses qui déboucheraient de la région de Rocroi.
Le général Foch se tiendra en relation avec la droite de la 5e armée, dont la 4e D. C. est vers Landouzy (est de Vervins).
La direction générale de repli du groupement est entre Saint-Erme et Guignicourt, point sur lequel une division du 6e C. A. (42e) est dirigée par voie de fer. Cette division entrera dans la composition du groupement Signé J. JOFFRE.

Chef d'état-major, lieutenant-colonel WEYGAND .

Commandant le 11°Corps d'Armée (QG paix : Nantes): depuis quelques mois, le général EYDOUX

Comandant la 22° Division (QG paix : Vannes): général PAMBET

Commandant la 43° Brigade(QG paix : Vannes) : colonel

Commandant le 62° R.I.(garnison : Lorient) colonel COSTEBELLE

La Troupe:

"Le 11e corps, que commande depuis quelques mois le général Eydoux, est épuisé physiquement. Il a pris une part glorieuse à la bataille des Ardennes, le 22 août : ses régiments y ont eu de 300 à 600 tués. Sur la Meuse, du 26 au 28 août, il a eu trois journées de rudes combats, où il a achevé de perdre les meilleurs de ses cadres. Pour nous borner ici à un seul chiffre, l'un de ses régiments, le 64e, n'a plus, le 7 septembre, que 7 officiers. Il ne sera pas recomplété en effectifs avant la Marne. Ses deux divisions sont commandées, la 21e par le général Radiguet, la 22e par le général Pambet. "(opus cité).

Le 62°RI a, pour sa part, perdu 26 officiers et 638 hommes de troupe au combat.

Depuis le 10 Août, 450 kms à pieds, sous la chaleur d'un été brûlant et la fraicheur des bivouacs de fortune, seuls repos après les combats, ont mis à mal le bel enthousiasme initial des bretons. Autour d'eux, des isolés, des civils qui fuient les villages incendiés..Au moins leurs familles en Bretagne ne sont pas touchées; mais les reverront-ils ? Les derniers jours, les pertes ont été de 4 officiers et 134 hommes...et l'on bat en retraite, à marches forcées, sur les routes encombrées... Que mangent-ils? sans doute un peu de pain de munition. Les bidons sont-ils pleins? ... Il semble que le ravitaillement fonctionne à peu près correctement. mais de façon irrégulière, et de plus en plus souvent, dès l'arrêt, il faut trouver des outils pour creuser des fossés dans lesquels ils chercheront à s'abriter des feux de l'ennemi s'il faut faire face, sur place.

L'hygiène? Elle doit être très sommaire, car y a-t-il des vêtements de rechange dans les sacs? Peut-être quelques hommes en ont-il gardé. Les sacs d'allègements, s'ils existent, ne peuvent être qu'avec les trains de combats, tous hippomobiles... et rares sont les instants de rencontre.

Car nous sommes encore dans la civilisation du cheval, qui a été massivement réquisitionné. Les officiers se déplacent à cheval, mais sous-officiers et troupe sont à pied. Et lors du transport en chemin de fer, de Lorient à Reims, les fourgons de transports portaient bien à l'extérieur la mention: Hommes 40, Chevaux 8.

Pour l'instant, quelques fantassins bravent l'interdiction de monter sur les caissons et autres charettes, pour dormir un peu , pendant les marches qui, depuis trois jours, ont lieu bien souvent de nuit... Au moins, sur ces routes empierrées ou de terre battue, la poussière est moindre mais les déjections d'animaux aussi nombreuses... et les bas-côtés encombrés par les réfugiés civils portant, poussant ou traînant leurs hardes, ceux-ci n'ayant le droit de circuler qu'après les militaires, de 15 à 24 heures. Les gendarmes, qui ne sont pas montés à la bataille, y veillent.

Les ALLEMANDS ( qui seront opposés au 11°Corps, entre Normée et Sommesous)

Les Chefs

II° Armée Allemande
III° Armée Allemande


général von Bülow
Chef d'état-major: général von Lauenstein

Garde Prussienne :
général von Plettenberg

II° Division d'infanterie de la Garde :
général von Winckler

général von Hausen
Chef d'état-major: général von Hoeppner

XXII° Corps d'Armée (Actif) :
général von Elsa

XXXII° DI :
général von Planitz

XII° Corps de réserve :
général d'artillerie von Kirchbach

XXIII° Division de réserve:
général von Laritch

La Troupe

La 4° Brigade d'infanterie de la Garde Prussienne est constituée des 2° Régiment de grenadiers (Empereur-François) et 4° Régiment de grenadiers (Reine-Augusta).

Les régiments d'infanterie de la XXXII° DI sont des régiments Saxons:
le 102°RI (3°Saxon, Louis de Bavière), le 103° RI (4° saxon),
le 177°RI(12°saxon), le 178°RI (13°saxon).

Ceux de la XXIII° Division de réserve sont :
100°, 101°,102° et 103° Régiments d'infanterie de réserve.

" Les unités ont perdu beaucoup d'hommes au cours des combats des jours précédents et des marches, les troupiers sont fatigués. Le front de la IIIe armée est très étendu, ce qui n'a pas facilité les ravitaillements. " (opus cité)

.

document précédent

document suivant