A travers la France
du XX° Siècle,
en compagnie de mon père.
Passez en plein écran et utilisez la barre verticale de droite pour faire défiler le texte dans cette fenêtre.
1911 Orphelin de père et fils unique, François bénéficie d'une éducation soignée, qui traduit une position sociale assez aisée. voir médaillon père et fils .
Sa petite enfance s'est passé en famille, 12 place de la République,
à Auray, avec ses grands parents à proximité ou à Vannes.
1915 La guerre fait rage : la France et le Royaume-Uni se battent cote à cote, contre le Boche et les Puissances Centrales.
ce cliché traduit plus que l' "Entente Cordiale"
Il suit des cours privés avec un quasi précepteur pour le primaire et part au collège vers 10 ,11 ans, à St Sauveur de Redon, collège privé tenu par des pères Eudistes (Prêtres séculiers). C'est dans ce collège qu'il découvre le goût du sport, aiguisé par les Jeux Olympiques de 1924 qui se déroulent à Paris. Avec un ami de la famille, Mr BURAU, il apprend la natation à la "piscine" de la presqu'île de Conleau, dans le golfe du Morbihan. photo de classe de 1928 avec son commentaire de la main d'Hervé Bazin
Après le baccalauréat de Philosophie, il commence un apprentissage de commerçant en épicerie fine, à Tours(épicerie Damoy), puis à Rouen (épicerie Félix Potin), deux villes où sa mère a de la famille. sur ce cliché publié par le Miroir des sports en juin 1927, le pont de la Roche-Bernard fait traverser la Vilaine au Tour de France (archives familiales)
1930: Un passage à Chateaubriand(44) comme employé de commerce, et en loisirs, le football au club du patronage.. Photo équipe de Foot.
1931: Le service militaire s'effectue à Vannes au 505° RCC, régiment de chars de combat. commandé par le colonel Delestraint, qui venant de l'école des chars de combat de Versailles, marque ses hommes par ses qualités humaines et sa compétence. François devient secrétaire au bureau de garnison et fait partie de l'équipe de football comme gardien de but. lien vers Photo 505° RC .

Le deuxième classe s'active en dehors du quartier: des documents attestent de ses contacts pour organiser une réunion d'athlétisme à Auray avec la participation du coureur vedette de l' époque, Jules Ladoumègue. Il y sera, mais ne pourra être en compétition .de nombreuses lettres émanant de Ladoumègue témoignent de la part de celui-ci un certain respect pour l'amitié fidèle que semble porter Papa au champion de France qui se verra retirer sa licence pour une logistique qu'il aurait dû refuser au nom du sport amateur.
Deux mois plus tard, c'est la fin du service militaire, avec l'obtention du "Certificat de Bonne Conduite " délivré au chasseur de 2° classe Matricule 2805 par le colonel Delestraint, Commandant le 505° Régt de Chars de Combat...

Tract publicitaire pour réunion d'athlétisme annonçant Ladoumègue

Lire témoignage de Jean Giraudoux, repris par le journal l'ÉQUIPE du 5 mars 1973(collection limafoxromeo)

Une promotion de Saint-Cyr (vers 1990) a choisi ce colonel comme parrain.

Enfin retour à Auray auprès de sa mère, en vue de la reprise ultérieure du commerce d'épicerie. Mais durant toute l'année 1934, il continue à correspondre avec Jules, son champion, et les sociétés sportives bretonnes le contactent pour d'éventuelles prestations de celui-ci: ainsi la Stella -Maris de Douarnenez (Finistère), ou l'Étoile Morlaisienne.
Cependant, il prend goût aux voyages et il ne manque pas l'exposition universelle de Bruxelles, en 1935. Au cours de l'été, il est à La Baule pour le Tournoi Internatinal de Tennis.

lien vers photo de la place de l'hôtel de ville de Bruges, le 2 novembre 1935.
1936. Auray est une petite ville bretonne traditionnelle, de 7000 âmes, où catholiques et autres s'affrontent par l'intermédiaire des "patros" ( pour patronages). La fin de l'année scolaire est marquée les 20,21 et 28 Juin par " Les Grandes Fêtes des Saisons", organisées au profit des écoles libres de la ville. En page 2 de couverture du programme, figure en bonne place une "réclame" pour " Les bons produits Épicerie LAMOUR." . L'adresse n'est pas mentionnée, car tous la connaissent..." Tandis que sa mère gère le commerce, il effectue avec un groupe de jeunes catholiques morbihannais, un voyage dans l'Italie de Mussolini, à Rome à Milan, en passant par Assise, Florence et Venise....

"fête sportive" photo1; photo2

lien photo d'un défilé faciste près du monument de Vittorio Emmanuel II, Rome avril 1936

   

 

Parallèlement, il poursuit ses activités sportives (mais de moins en moins "physiques", d'après les clichés...) au sein du patronage local, les Jeunes Volontaires d'Auray et participe à la création de l' Union Cycliste Alréenne, qui voit le jour le 30 juillet. Lors de l'assemblée constituante(assez animée d'après le compte rendu de presse local) qui confirme la Présidence de M Besnier (53 voix), il recueille 60 voix pour la charge de secrétaire. En 1936, il est à l'origine du premier" Circuit International d'Auray" ;

C'est un jeune homme dont la famille à Tours, Compiègne, Levallois-Péret, Meudon, Paris, reçoit de fréquentes visites.Ses contacts l'amènent à fréquenter les journalistes de Paris-Soir(France-soir après guerre), de l' Auto (devenu l'Equipe), et du Miroir des Sports . Le Stade de Colombes, le Stade Jean-Bouin, le Parc des Princes, le Vélodrome d'hiver lui sont familiers.
Le 1er Mai 1937, à l'occasion du 20ème anniversaire de la Révolution d'Octobre, il est à Moscou, où Staline n'a pas encore procédé aux purges.Ce voyage organisé qui lui a permis de passer par le Berlin d'Hitler , il le prolonge par la Finlande, pour rendre visite à Helsinki au "Finlandais volant" Paavo Nurmi, 6 fois champion olympique (1500m 5000m 10 000 m), dont une photo dédicacée ornera toujours son bureau.

Vue sur le Kremlin

voir montage sur Nurmi

Une lettre de sa mère lui parviendra à Paris, dès son retour. Elle y décrit le 1er Mai, jour férié à Auray pour la première fois... Elle lui annonce aussi l'arrivée de sa voiture, une Renault, chez Mr Escat, le garagiste .

lien photo d'un extrait de cette lettre
1938 Le 18 février, il est à Chateaubriand où il expose sa "relation de voyage au Pays des Soviets", ce qui lui vaut un compte-rendu dans la presse locale. et une caricature.
Avec l 'UCA, il réalise son projet de Manche-Océan . Cette course cycliste courue individuellement "contre la montre" entre Paimpol et Auray a lieu pour la première fois le dimanche 29 mai. Le 7 juillet, le Tour de France passe à Auray et un "ravitaillement" se déroule devant le domicile.
lien caricature vers page journal
lien page Manche-Océan
ravitaillement
1939 La tension internationale interrompt sa vie de jeune homme aisé et sans soucis: rappelé à Vannes au 505° régiment de chars de combat, il rejoint avec son régiment la région de Verdun, où il passe "la drôle de guerre", en compagnie d'autres morbihannais comme le futur vicaire général du diocèse, Mr l'abbé Quesnel. L'hiver est rude et le temps passe, dans une ambiance surréaliste...

près d'un Fort de14-18
hiver 1940 :le canal gelé
janv.40 danse bretonne

1940 Mai : il ne connaîtra pas les combats ni la captivité : la " batterie hors rang" à laquelle il appartient (compagnie de soutien du régiment) est prise dans la débacle et descend ainsi jusqu'à Castres(juin) et Carcassonne.(fin juillet) à Castres, il est hébergé par une famille de commerçants; Nous leur rendrons visite en 1957.
Démobilisé, il rejoint Auray retrouve peu après avec sa jeune et récente voisine: si la famille BOUCHER, après un bref séjour à Quimper, est domiciliée 14 place de la république depuis peu(15 mars 1939), une libraire d'Auray, Alice Guégano, née JAMET, dont le mari Georges est imprimeur 12 rue Barrré, n'est autre que la soeur aînée de Bénédicte, ma future Grand'mère. lien "carte postale militaire" du 31 décembre 1939.
A l'occasion du contrat de mariage, François prend possesion du bien jusque-là géré par sa mère, à savoir l'entreprise commerciale, et l'ensemble immobilier qui l'abrite. cf acte notarié(non sur le web) lien vers pub des commerçants d'Auray (1938)
Les années qui suivent sont celles de l'occupation marquées par les naissances de 2 garçons dont les baptêmes donnent lieu à des réunions de famille qui témoignent d'une certaine aisance malgré les rigeurs du temps(cf. collection de menus en archives familiales).

menu de baptême septembre 1942

menu de septembre 1945

Pour que la voiture ne soit pas réquisitionnée, elle est entièrement camouflée par un énorme tas de bois de chauffage, dans la remise de la maison de l'office. (réalisation 3D en cours)

 

Avec l'occupation allemande, les compétitions cyclistes sur routes ne peuvent être pratiquées sur de longues distances : le Tour de France, Manche Océan ne peuvent se dérouler. Cependant, cette activité se pratique encore sur des espaces restreints: Circuit d' Auray, Cicuit de Belle-Isle...départ, passage à Sauzon, baiser au vainqueur...C'est à l'issue de ce dernier que sont pris les clichés2 et 3 ci-contre. Les originaux sont dans les archives familiales; mais pour circuler comme le fait mon père, il faut des "papiers" de ce type.

Circuit d'Auray
Belle-île1,
Belle-Île2
Belle-île3

Les réunions cyclistes 1945 La prise de Berlin n'a pas encore eut lieu mais le 3ème Manche-Océan est annoncé par le quotidien "Les Nouvelles du Matin", dont le rédacteur en chef est Yves Morvan (24.02.1909-3.6.1995), dit Jean Marin, ancien speaker sur la BBC de l'émission " Les Français parlent aux Français" émises par "Ici Londres". Le journal est constitué d'une seule feuille de papier, recto-verso, ce qui traduit la pénurie de matières premières. ( J-Marin deviendra Président de l'AFP -agence française de presse-de 1954 à 1975, et je crois savoir que c'était un ancien du collège Saint-Sauveur de Redon)

Paris1945(Parc des Princes) avec Pierre Cogan.

voir la "Une" des Nouvelles du Matin

1946, l'après-guerre est douloureuse pour les petits commerçants: il faut partager avec les plus démunis.

source: page inventaire et courrier impôt patrimoine

En 1947, Papa effectue un pélerinage , en vélo, d'Auray à Lourdes. Je me souviens de son retour: Un lundi ensoleillé, jour de marché, en fin de matinée, près de la Mairie, descendant du car qui l'amenait depuis la gare, il avait l'allure d'un héros au milieu des membres de la famille venus l'accueillir et de la foule des paysans animant le marché hebdomadaire.

cette photo est antérieure à 1914; mais en 1947, les toiles , les coiffes, les charettes étaient encore de mise.
Au cours de l'été 1948, je l'accompagnais à Ste Anne d'Auray, avec Jean Robic, vainqueur du Tour de France cycliste, pour le dépôt du Maillot Jaune au "Trésor" de la Basilique. carte postale du gardien

En 1949, à la suite de querelles internes à la fédération de cyclisme, François LAMOUR est désigné comme Directeur Technique de l' Equipe Nord-Ouest. A l'occasion du passage du Tour de France cycliste à Malestroit, un de ses amis Mr CARON, à l'époque substitut du procureur de la République du tribunal de Pontivy, nous amena avec Maman, dans "la" 4CV Renault immatriculée 1 A 56, à Malestroit : Papa ici, debout, descendait de sa jeep de directeur de l' Equipe de l'Ouest pour nous embrasser: il était bronzé mais couvert de poussière! Cela se passait sur le pont qui enjambe l'Oust, les coureurs prenaient au passage leur musette de ravitailement...Parmi les coureurs de son équipe, les frères GOASMAT, COGAN, et ROBIC.

à Paris peu avant le départ, le 30 juin 1949, l'équipe au complet.
le lien photo : dîner de l'avant-dernière étape. (des pages Tour de France seront rédigées ultérieurement)
Dans ces années d'après-guerre, François mène de front de multiples activités :
responsable sportif comme président de l'U.C.A., membre du Comité Cycliste de Bretagne,
 
responsable social, dans la création et la présidence de la CIMAVIC, Caisse Interprofessionnelle Morbihannaise pour l'Assurance Viellesse des Indépendants et Commerçants. Cette caisse de retraite existe toujours, à Vannes, et fait désormais partie du réseau ORGANIC.  
mais il décline toute implication politique, fut-elle locale.  
Ces activités multiples coûtent du temps, et sans doute de l'argent. Par ailleurs, de nouvelles techniques de commercialisation et de distribution se mettent peu à peu en place. L'épicerie LAMOUR arbore une enseigne CODEC, au symbole de la cocotte, comme toutes les épiceries fines traditionnelles. Mais la société d'après-guerre est trés différente de celle des années antérieures et la clientèle aisée se raréfie. Peu à peu l'entreprise commerciale devient déficitaire. enveloppe scannée (réduction)

 

1951, Remue-ménage dans l'immeuble familial: Marie, la jeune bonne qui est depuis plusieurs années en charge de l'entretien et de la cuisine annonce son prochain mariage avec Jean, l'ancien employé de commerce, responsable des réserves et des mises en vitrine... Depuis plus d'un an, celui-ci est parti pour le service militaire, parmi les troupes d'occupation, en Allemagne, sur la base aérienne de Kiehl, où il vient de signer un contrat. lien vers page "épicerie" vitrines habillées
1952, la décision est prise : le fils aîné sera comme son père, pensionnaire à Saint-Sauveur de Redon. Mais ce sera pour la rentrée prochaine, en 5°. En attendant, il est nécessaire de lui faire commencer l'étude de la langue latine... Deux puis trois camarades de classe dont les parents sont les clients ou amis de la famille, sont associés à cette démarche, avec un répétiteur dont la qualification pédagogique ne m'a jamais convaincu...  
1953 Le fils aîné est désormais interne à Redon; les bonnes se succèdent.  

1954 année charnière pour la famille agrandie d'un troisième enfant depuis deux ans. Une grande décision est prise: Fermeture du commerce, réalisation des biens et reprise d'un "portefeuille de Représentant de commerce en produits laitiers" Ce sont les adieux à répétition à toutes les relations, et aux vacances de Toussaint la famille rejoint un autre monde ... sur la Côte d'Azur, à Saint-Antoine Genestrière, au milieu des oeillets dans la propriété d'une grand'tante, juste au dessus de Nice. La voiture familiale est une Peugeot 203, mais un vélo-solex est utilisé pour les déplacements urbains.

.

1955-1956 Après une période en doublure auprès du "vendeur du portefeuille", l'autonomie se réalise et la famille s'installe dans une villa confortable de 2 étages avec terrasse, jardin et garage, entresol aménagé en appartement indépendant... La "bonne", laissée en Bretagne est sollicitée et rejoint. Les deux garçons s'épanouissent dans le scoutisme, et rejoignent la villa des grands parents à Carnac pour l'été, en train à vapeur après un trajet de 26 heures... C'est une période heureuse... Au collège Sasserno, leurs nombreux camarades ont leur père outre-mer, ou rentrent d'Indochine. Dans le ciel Niçois, les premières Caravelle à réaction démodent peu à peu les Constellations et Super-Constellation à moteurs à hélices, mais l'aérogare a toujours ses baraques en bois.

page la côte d'Azur en 1956.(à venir)
L'année 1957 est sombre: La mentalité du commerçant honnête, et sans doute un peu naïf, ne résistera pas plus de trois ans aux requins du commerce à l'échelon national. Des retards de livraisons à répétitions feront perdre des marchés et des wagons entiers de produits frais resteront à charge. La vie professionnelle se dégradera peu à peu, traduite par la perte de l'indépendance, et la recherche de postes de cadre auprès d'Entreprises de Commerce d'Alimentation en Gros. logo AVAM, logo CIBON..(à venir)
C'est en Anjou que s'installe la famille, mais cette fois, dans un HLM, première tranche d'un ensemble construit à la périphérie d'Angers, et qui aspecte sur les pépinières d'une maison réputée pour ses roses. La crise du logement est patente, et il faut s'estimer heureux de disposer d'un appartement bien ensoleillé, conformes aux normes du ministère du logement... Ces notions totalement inconnues font désormais partie de la révolution culturelle familiale: les deux garçons sont désormais élèves de l'Enseignement Public dans deux lycées de la ville, l'épouse ne participe plus aux activités professionnelles et le personnel de maison a définitivement disparu. A l'occasion de la sortie en librairie de "La tête contre les murs", d' Hervé Bazin, il retrouve celui-ci lors de la dédicace de l'ouvrage dont le cadre "hospitalier" rappelle l'établissement psychiatrique de Gennes-sur-Loire, proche d'Angers.
1962, 2 nouveaux changements de région ont permis à la famille de poursuivre la découverte géographique, et scolaire, de la France.  
Mais toujours, la passion du sport amènera François LAMOUR à participer à l'organisation de chaque Tour de France, comme responsable de l'organisation des "étapes contre-la-montre". Ce sera désormais sa seule implication dans la vie de la société civile. . liens vers badges Tour de France
Dans les années 70 et 80, ses activités professionnelles l'auront maintenu au contact des petits commerçants des bourgades bretonnes du sud du Finistère et du nord Morbihan.Il aide ceux-ci, très souvent âgés et n'ayant comme formation professionnelle que leur expérience locale, à mieux gérer leurs ressources dans ces bourgs qui vivent la révolution de l'exode rural vers les centres urbains. Il essaie de mettre en conformité leur comptabilité avec les nouvelles règles, avec entre autre la nouvelle taxe dite "TVA" qui les transforme en collecteur d'impôt ; bien souvent, il leur sert de conseiller vis-à-vis du percepteur qui veut les imposer au forfait.  
Arrêtant peu à peu ces activités extérieures, il s'inscrit à l'antenne de "l'Université du 3° âge" à Quimper où il réside depuis 1962. Il est un auditeur passionné des thèmes proposés, et en particulier pour tous ceux qui lui permettent de mieux connaître l'Histoire, ou de découvrir le monde.
Avec ma mère, il profite un peu de son temps libre de retraité du XX° siècle: séjour en maison mutualliste des commerçants sur la Côte d'Azur, séjour chez leurs enfants dans le midi. Ils effectuent quelques voyages organisés dans des villes ou contrées qu'ils ne connaissent pas encore comme Londres, les Baléares, ou le Maroc.
 
Parmi ses camarades de classe, Hervé Bazin, loin de "Folcoche"...qu'il retrouve. A l'occasion d'"Avis de recherche", une émission TV des années 80 animée par J.C. Sabatier, il se donne le plaisir de "passer à la Télé", avec ses camarades de la classe de Philo de 1928, autour d'Hervé Bazin. Au second rang, à gauche sur ce cliché
   
En 1990, invité par la direction du Tour, il suivra l'étape Quimper Nantes, dans la "voiture des juges à l'arrivée." Le 10 juillet 1977, invité à l'étape de Lorient, il a reçu des mains du Directeur de l'Équipe, la médaille du Tour. Durant plus de 20 ans, il y aura collaboré.
Mais pour lui aussi, la grande boucle est sur le point de s'achever... et il nous quittera en septembre 1998, à l'issue "d'une longue maladie" .

Pour son dernier rendez-vous Alréen, autour de sa famille, les anciens de l'U.C.A. qui le pouvaient avaient tenu à se regrouper à l'appel de Mr Jean SEVENO et de son épouse: Mr LE MENÉ qui lui succéda à la tête du club cycliste,et Madame, Mr Jean-Paul LE YONDRE , président en exercice,et Madame ; Mademoiselle MAHEO, et de nombreux anciens coureurs des années quarante et cinquante. Certains ce sont sans doute reconnus sur quelques clichés. Parmi eux, Messieurs Jacky BOTHREL, André LE PAN, René GOASMAT, Jean LE MANCQ, Julien LE BARON, Rémy BERTHOL, Louis TOUMELIN, Serge NEBBAK, Claude DIEL; Étaient également présents, Messieurs Joseph QUELLEC, Alain JOUANNIC, Ange ROUSSEL, François GUILLERAI, Pierre DAMIANI. Si j'en oublie, qu'ils me pardonnent.

merci de l'avoir accompagné sur ce parcours... pour mécrire voir bas de page accueil
Pour retrouver la barre de navigation :